1-CHOISIR UN LIQUIDATEUR

Le règlement d’une succession

La nature humaine est telle que lors d’un décès, la répartition des biens du défunt donne souvent lieu à des conflits et des « chicanes familiales ». Dans bien des cas, adieu , les fêtes de famille, l’harmonie frères-sœurs , le bon temps...

Quelques règles pour diminuer ce risque ;

Le testament
Il est impératif d’avoir un testament. Autrement, la succession est organisée par les dispositions automatiques du Code Civil qui peuvent ne pas refléter vos volontés. 

Le choix du liquidateur (autrefois l’exécuteur testamentaire)
C’est le deuxième facteur pour assurer unpartage serein  et professionnel.

Qui choisir ?
Si  les enfants sont bénéficiaires du testament, nommer un seul d’entre eux , au maximum deux.

Ce liquidateur doit posséder deux qualités fondamentales :

i) Il a de bonnes relations avec tous les autres légataires. Ce n’est pas primordial qu’il ait des relations excellentes avec le testateur.  L’important c’est la bonne entente  avec les légataires

ii) Il possèdeune certaine  expérience en matière financière et administrative.

 Il va de soi que si le conjoint(e) est nommée liquidateur, il devra aussi posséder une expérience semblable

Si personne dans la famillene possède ces qualités,  il faut songer à des proches (amis, parents), ou à un professionnel : avocat, notaire comptable etc connu des légataires.

Coût
Habituellement, on verse au liquidateur  un montant qui représente 3 à 6% de la valeur du patrimoine dépendant de la complexité de la succession.

C’est au testateur d’établir la rémunération dans le testament. Règle générale, la liquidation faite par un conjoint ou un enfant est à titre gratuit (sauf pour les dépenses encourues) ce qui enlève une autre source de friction.

Pour les successions importantes, toutes les institutions financières ont  une filiale qui offre ce genre de services.

 

BREF :

Si vous décidez de nommer un enfant comme liquidateur assurez-vous qu’il aie  de bonnes relations avec les autres légataires et la compétence nécessaire.

Si le conjointest nommé, il doit également avoir une certaine affinité avec les «  sous » et les démarches administratives. Autrement, nommer un ami ou un professionnel.

Le coût d’un tiers liquidateur 3 à 6% de la valeur du patrimoine.

Boverry publiera d’autres capsules reliées aux successions : entre autres sur lestypes de testament, legs d’ immeubles, biens à l’étranger, pourquoi une fiducie ?, les éléments importants d’un testament.

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour toute information ou conseil sur ce sujet.